Info pressée  
 
 

Stop aux fermetures de classes !

Le rassemblement qui a eu lieu le jeudi 8 février 2018 devant l’Inspection Académique de la Roche sur Yon a été un succès ! Un nouveau rassemblement est prévu jeudi 15 février à 17h à l’occasion du CDEN (lieu à préciser: devant la préfecture ou devant la maison des sports).

Pour rappel l’intersyndicale (Sgen-CFDT, Unsa, Sud, FCPE, Snuipp-FSU, CGT-educ, Snudi-FO, FCPE) avait appelé à ce rassemblement pour face aux attaques contre l’école publique vendéenne.

Voici les points de revendication exprimés par Claude Labour du Sgen-CFDT Pays de Loire lors des prises de parole devant les 200 personnes présentes.

Le Sgen-CFDT demande la création d’écoles publiques

Dans notre département un quart des communes n’ont pas d’écoles publiques alors que trois-quarts de celles-ci ont une école privée, c’est le cas de Maché, La Boissière-de- Montaigu, Martinet et Givrand. Dans plusieurs d’entre elles, des parents d’élèves ont formulé le souhait de pouvoir inscrire leurs enfants dans une école publique de la commune.
Ils rencontrent de nombreux obstacles : pression d’une partie de la population, freins mis par les municipalités qui ne créent pas des conditions favorables à un accès au registre d’inscription. Ces difficultés et la peur des conséquences les  conduisent parfois à un renoncement au droit.
C’est ce qui a conduit le Carrefour d’Action Laïque auquel participe le Sgen-CFDT à saisir le Défenseur des droits.

La scolarisation des moins de trois ans

Pour le Sgen-CFDT, la scolarisation des enfants de moins de trois ans est essentielle notamment pour les enfants dans un environnement social défavorisé, et donc pas seulement en éducation prioritaire. En 2015,l’IA a fait le choix de supprimer la référence à des seuils pour les ouvertures et les  fermetures de classes, en revanche le nombre maximum des élèves de moins de trois ans pris en  compte dans les effectifs a été maintenu ; c’est un frein à la scolarisation de ces élèves. Cette question est pourtant un enjeu important dans le cadre de concurrence scolaire que nous connaissons en Vendée.

Le dispositif « plus de maîtres que de classes »

Dès 1977, le Sgen-CFDT a porté l’idée d’une affectation de maîtres supplémentaires visant à mettre en œuvre de nouvelles pratiques pédagogiques dans les écoles. Il a donc approuvé le dispositif « Plus de maîtres que de classes » introduit par la loi de Refondation de l’Ecole et a souhaité son amplification. Depuis l’annonce des classes dédoublées en Education prioritaire, on constate, ici ou là, la remise en cause de ce dispositif. Alors que le nombre de postes qui lui étaient consacrés était passé de 13 à 17 dans notre département à la rentrée 2017, l’IA propose  la démarche inverse pour la rentrée 2018.
Le Sgen-CFDT ne peut le comprendre.

La détérioration des taux d’encadrement

La Vendée va perdre 19 postes budgétaires à la rentrée 2018. La traduction immédiate de cette décision se trouve dans l’écart immense entre les propositions de retraits d’emploi ou de gels et celles d’ouvertures. Certes, cette décision s’appuie sur la prévision d’une baisse des effectifs de plus de 700 élèves, mais on se souvient qu’à la rentrée 2017, une baisse identique était annoncée ; en fait il y a eu, en maternelle et élémentaire, 266 élèves de plus que ce qui était prévu. Certes 7 postes vont être créés pour les dédoublements en Éducation prioritaire, mais cette décision gouvernementale doit s’accompagner des moyens nécessaires et les autres écoles ne doivent pas en faire les frais. Par ailleurs, on constate une détérioration de la situation en regard de celle de la rentrée 2017, avec des décisions de fermeture ou de gel prises avec des moyennes après fermeture plus élevées que l’an dernier. Le Sgen-CFDT ne peut l’accepter.

Alerte sociale pour l’inclusion scolaire :

De plus effectifs des ULIS qui sont comme leur nom l’indique : des unités locales pour l’inclusion scolaire ne sont pas pris en compte ! Ce qui est scandaleux puisque les enfants sont inclus dans les classes. Par ailleurs, le Sgen-CFDT lance une alerte sociale nationale ! Il demande, pour tous les personnels, les moyens et conditions indispensables à l’accueil des élèves à besoins particuliers. Nous voulons accueillir les élèves handicapés, les élèves allophones, les élèves de toutes origines sociales… Mais cela doit se faire dans de bonnes conditions.

 


inclusion
Inclusion scolaire : quelles conditions pour la réussite ?
Voici un état des lieux, des outils et les revendications du Sgen-CFDT Pays de Loire pour que l'inclusion ne reste pas seulement une ambition en quête...

 
 

Sgen-CFDT PDL | 9 place de la gare de l'Etat | 44276 Nantes Cedex 2

Voir ce message dans votre navigateur

Retrouvez toutes nos lettres électroniques

   

 
 
 

Dispense CNIL : Dispense n°7 - Délibération n°2006-138 du 9 mai 2006 décidant de la dispense de déclaration des traitements constitués à des fins d'information ou de communication externe. (J.O. n°128 du 3 juin 2006)