Les absences autorisées pour le coronavirus dans l’éducation nationale

Le CHSCTA des Pays de Loire se réunissait lundi dernier, voici les trois situations qui vous autorisent à ne pas vous rendre sur votre lieu de travail sans perdre le jour de carence.

Les absences autorisées provoquées par le Coronavirusabsences autorisées

Une mesure d’éviction peut être prise par un médecin traitant ou le médecin du rectorat pour les personnels fragiles. Une liste précise des fragilités prises en compte devrait être établie. Cela dépasse le cadre éducation nationale puisque c’est l’ARS qui donne les consignes après évaluation de chaque situation.

Trois cas d’absences autorisées liées au virus sont donc envisageables pour l’instant (dans les trois cas, il n’y a pas de jour de carence) : 

  • une Autorisation Spéciale d’Absence (ASA) pour un cas-contact ou un retour de cluster (ce qui n’est pas un arrêt de travail donc il y a mise en activité à distance) sur préconisation d’un médecin de l’ARS.
  • une ASA pour les personnes présentant une fragilité particulière est attribuée par le rectorat, sur préconisation d’un médecin généraliste. Un travail à distance peut également être demandé.
  • un arrêt de travail si une personne est malade. Cette personne obtient alors une dérogation pour le jour de carence. Et rappelons qu’elle ne travaille pas à distance, puisqu’elle est en arrêt.

Plus d’informations sur le site de l’ARS. La FAQ du ministère fait office de circulaire mais une circulaire concrète est attendue concernant l’attribution des ASA.

Notre article sur le coronavirus