Covid-19 : contact, vulnérable, quatorzaine, carence, ASA ?

Comment s'y retrouver entre tous les textes et les informations contradictoires à propos de la Covid 19 ? Qui est vulnérable ? Que se passe-t-il si je suis cas contact ? Et si c'est un élève ? Essayons de résumer simplement...

Protection des agents publics vis à vis de la Covid-19

Le nouvel avis du HCSP du 17 septembre modifie la gestion de la crise sanitaire dans les écoles

L’objectif à peine voilé étant de limiter les fermetures de classes et contenir les besoins en remplacements ! Les recommandations de rentrée pour se protéger de la Covid-19 sont toujours valables :

  • port du masque par les adultes et par les élèves âgés de11 ans et plus
  • lavage des mains
  • distanciation « si possible »
  • nettoyage des locaux
  • gestion des « flux de personnes »

Mais il change complètement les conduites à tenir en cas de découverte de cas de contamination. Le HCSP indique qu’il ne faut pas considérer un adulte encadrant comme cas contact s’il porte un masque, même s’il a été en relation avec un enfant de moins de 11 ans détecté positif Covid-19 et ne portant pas de masque. Un enseignant masqué au contact même régulier avec un écolier infecté (même si ce dernier ne porte pas de masque) ne sera donc plus considéré comme cas contact, il ne sera donc plus mis en quarantaine ! C’est seulement si on découvre 3 cas d’élèves positifs (de fratries différentes) qu’une classe sera fermée, l’isolement étant réduit à 7 jours ! Pour le Sgen-CFDT, ce nouveau changement (avant le prochain) apparaît comme un palliatif aux carences du gouvernement et aux impréparations du ministère : baisse du nombre de remplaçants, absence de recrutement de personnels supplémentaires, ordres, contre-ordres et injonctions contradictoires. Il se fait au détriment de la santé des personnels et des usagers et nous met, depuis déjà trois semaines, dans une angoisse et une adaptation permanente !

Que disait la circulaire du 1er septembre ?

Une circulaire du Premier ministre, datée du 1er septembre, précise les règles de protection des agents publics vis à vis de la Covid-19. Port du masque, organisation du télétravail, personnes vulnérables… Lire l’analyse du Sgen-CFDT.

  • Mise à jour de la liste des personnels vulnérables à partir du 1er septembre.
  • Les agents vivant avec des personnes vulnérables ne pourront plus être en ASA (autorisation spéciale d’absence) au-delà du 1er septembre 2020.
  • Les personnes vulnérables doivent être soit en télétravail, soit lorsque télétravail  n’est pas possible, en ASA sur la base d’un certificat d’isolement fourni par le médecin traitant.
  • Les personnels vulnérables et les personnels vivant avec une personne vulnérable se verront proposer un masque de type 2 (il s’agit d’un masque qui filtre mieux que les masques chirurgicaux mais « moins bien » que les masques FFP2).
  • En cas de garde d’enfant, lorsque l’enfant est cas contact de Covid, ou que sa classe est fermée, l’agent bénéficie d’une ASA (donc pas de jour de carence ni de jour « enfant malade ») s’il ne peut pas télétravailler.

Résumons…

Carte mentale

Pour rappel, voici la liste des personnes vulnérables selon le Haut Conseil de la Santé Publique.

Quid des agents susceptibles d’avoir la Covid-19 ou cas contacts, mais pas malades ?

La circulaire du 1er septembre ne répond pas à la situation des agents avec suspicion de Covid ou cas contacts, qui doivent s’isoler et se faire tester, mais ne sont pas malades. Le 8 septembre, la DGAFP a adressé aux organisations syndicales un « Questions-Réponses » précisant : Lorsqu’un agent cas contact est placé – à titre préventif – en quatorzaine*, il bénéficie d’une autorisation spéciale d’absence si le télétravail n’est pas possible. *qui peut être réduite à une septaine si on n’a aucun symptôme. Il faut se faire tester rapidement pour prouver qu’on est négatif.

Cette clarification tardive répond à une demande de la CFDT Fonctions Publiques. En effet, dans ce courrier adressé par la CFDT à la ministre de la Fonction Publique, Mylène Jacquot demande la suppression du jour de carence.

FAQ du ministère (remise à jour le 20 septembre) : Suspicion ou confirmation de Covid, ce qu’il faut faire.

Et si on est malade ?

Tout est expliqué dans cet article.

Que faire si un élève est susceptible d’avoir la Covid-19 ? Cas confirmé ?

J’ai un élève susceptible d’avoir la covid-19

La réponse est sur le site du ministère. Elle est résumée dans cette fiche.

J’ai un élève cas confirmé de covid-19

Là aussi, la réponse est sur le site du ministère. Elle est résumée dans cette fiche.

Quelle est la chaine de communication en cas de situation avérée de Covid-19 dans les écoles ?

Encore une lourde charge de travail supplémentaire pour les directrices et directeurs. En effet, ils devront :

  • Remonter l’information par le formulaire 1 sur ETNA (accessible aux directrices et directeurs) Une permanence de médecins scolaires anime la cellule départementale de la DSDEN et réceptionne les formulaires immédiatement. Il n’y a donc plus lieu de contacter directement les services de l’ARS.
  • Informer l’IEN et le médecin scolaire (par mail) et la Ville.
  • Établir la liste des personnes « cas contacts ». Ceci sans oublier de demander aux mairies pour évaluer les cas contacts en restauration, périscolaire ou ALSH.
  • Envoyer la liste des cas contacts à la cellule départementale uniquement (pas à l’ARS).
  • Remplir le formulaire 2 sur ETNA.